Le cannabis dans tout ses états

Le cannabis dans tout ses états

830
0
PARTAGER

Aujourd’hui, le baromètre santé-jeunes se penche aussi sur les habitudes des 15-25 ans en matière de tabac, cannabis et autres drogues, regardons ensemble ce qu’il en est dit, et plus particulièrement du coté de la région de Nantes…

-Si à 15 ans, 52% ont déjà fumé, contre 72% dix ans plus tôt, on ne peut que constater le net recul entre 2000 et 2005, même si toutefois, le tabagisme quotidien s’est stabilisé pour aujourd’hui concerner un jeune de 15-25 ans sur trois. Parmi ces personnes, plus d’un quart présentent des signes d’une forte dépendance, des comportements aussi fréquents chez les filles que les garçons.
Si l’expérimentation du cannabis reste plus fréquente en Pays de la Loire que dans le reste de la France (44% contre 40%), l’usager régulier est moins répandu (3% contre 5%). Cet usage régulier a été divisé par deux par rapport à 2005. L’expérimentation est, elle aussi, à la baisse…

Mais si ont en croit une étude publiée par l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), le cannabis et la mémoire ne font pas bon ménage…

En effet, cette étude révèle que la consommation de cannabis nuit gravement à la mémoire, et plus particulièrement la mémoire de travail. Celle-ci permet de réaliser des opérations quotidiennes (réfléchir, lire, écrire, calculer…) sur des informations stockées temporairement (de quelques secondes à quelques minutes). Cette capacité est responsable de l’intégration des informations sonores, visuelles et spatiales. Ces travaux sont publiés dans la revue Cell datée du 2 mars 2012.

Les équipes de Giovanni Marsicano (Unité INSERM 862, Institut François Magendie de Bordeaux) et Xia Zhang de l’Université d’Ottawa au Canada, viennent en effet d’élucider le mécanisme par lequel les cannabinoïdes endommagent la mémoire dite << de travail >>. Les auteurs ont étudié le rôle des récepteurs CB1, particulièrement abondants au niveau des terminaisons nerveuses du cerveau. Après des tests sur la souris, ils ont noté que les cannabinoïdes, une fois liés à ces récepteurs, diminuent l’efficacité de connexions entre neurones au niveau de l’hippocampe, une structure cérébrale essentielle aux fonctions de mémoire. C’est elle aussi, qui est affectée chez les victimes de la maladie d’Alzheimer.
Il est aussi important de souligné que le cannabis est un perturbateur endocrinien, au même titre que des molécules comme le bisphénol A, les phtalates, les parabènes, et a les mêmes effets inhibiteurs de la fonction sexuelle chez l’homme.
En agissant sur tous les systèmes hormonaux, il est soupçonné de générer une baisse de la fertilité masculine, d’engendrer des malformations génitales, voire de favoriser l’obésité ou le diabète.

Alors, quoi dire de plus, fumer du cannabis ne serait-il plu un geste anodin et sans conséquence..? Ou continuons tout simplement comme si de rien n’était à fumer 5 joints et 5 pipes par jour…

PARTAGER
Précédent articleWeedcity Loterie
Article suivantGANGS: Classement de la saison 61

aucun commentaire