Le cannabis en pleine exploitation

Le cannabis en pleine exploitation

1350
4
PARTAGER

Alors qu’en Espagne, les maires de communes commencent à utiliser le cannabis pour lutter contre la crise financière en le cultivant et en le rendant accessible légalement dans certain club privé , le Canada, plus précisément, le ministère de la Santé du Canada lui, est à la recherche de producteurs de cannabis, dont la récolte sera utilisée à des fins thérapeutiques…

-En Espagne en effet, plusieurs faits ont été rapportés sur différent maire donnant le droit aux propriétaires terriens de pouvoir louer des parcelles à des consommateurs qui souhaitent faire pousser du cannabis.
Dans un village, un autre, décide lui aussi d’en faire planter dans sa commune, le contrat négocié par le maire permettrai de rapporter aux caisses municipales près de 550.000 euros par an. La municipalité espère aussi la création indirecte de 40 emplois dans le village.
La proposition a été soutenue par les élus de l’opposition et bien accueilli par les habitants, mais la municipalité attend maintenant l’avis du ministère public…

-Au Canada, l’affaire est plus délicate, une fois l’annonce faite par le ministère de la santé, des centaines de curieux ont répondu à l’appel, où se tenait une rencontre dans un hôtel d’Ottawa afin de solliciter l’expertise des « connaisseurs » en matière de marijuana.
Les fonctionnaires de Santé Canada ont annoncé lors de cette rencontre, que leur programme d’accès à la marijuana pour des fins thérapeutiques est en pleine réforme et que le gouvernement fédéral cherche à embaucher des producteurs à l’échelle nationale.
<<Nous sommes intéressés à établir un marché de producteurs commerciaux, qui pourront produire et distribuer de la marijuana, a affirmé Jeannine Ritchot de Santé Canada. Nous voulons nous assurer que le nouveau programme que nous mettons en place réussira. >>

Encore une fois, il est difficile de situer la position de la France ainsi que celle de la population, mais peut-être grâce à celle de nos pays voisins, n’auront-ils plus le choix de reconnaitre…


4 commentaires

  1. Ouai c’est pas demain qu’on verra ça en France et puis le soucis c’est que si on détruit le trafic de stup, on ne pourra plus justifier le pseudo-financement des pseudo-cellules terroristes ! Et donc on pourra plus faire la guerre pour relancer l’économie…