Le saviez-vous..?

Le saviez-vous..?

19729
2
PARTAGER


Pour clôturer notre chronique des ‘substances légales ou véritable drogues‘, voici notre 3ème et donc dernier article où nous allons vous parlez de recette dites légendaire voir complètement imaginaire, mais aussi et surtout plusieurs plantes poussant tout simplement et naturellement sur nos bonnes et belles terres Françaises…

Le texte ci-dessous, énumère 6 substances naturelle se trouvant à la portée de tous, puisque certaine pousse directement dans votre jardin, où se trouve même déjà dans votre placard de cuisine, nous n’incitons donc personne à la consommation et respectons comme le veut, le fameux article L. 3421-4 du code de la santé publique qui punit toute incitation à l’usage d’un produit stupéfiant.
En revanche, quelques lignes de ces paragraphes peuvent réellement déclencher si on en suit les étapes, de véritables drogues qui peuvent être très néfaste à l’organisme humain, nous révoquons que cet article n’a pour but de cacher les plaisirs et trésor de la terre, tout en dénonçant et informant les ravages quelles peuvent causer, c’est ce qu’on appelle également de la prévention…

Banane séchée: Tout le monde a déjà entendu dire que de fumer de la peau de banane séchée où même les filaments, faisait planer…
La défonce à la banane a connue son heure de gloire à la fin des années 60 aux États-Unis. Les effets serait assez proches de ceux de l’opium mais durerait très peu de temps. Le principal risque de cette consommation est le tabac utilisé avec. Sous le nom de « banadine » ou « bananadine », le principe actif de la banane est un dérivé de la sérotonine, une molécule présente dans le cerveau qui régule l’humeur. Beaucoup de personnes à cette époque disaient que grattez l’intérieur (pas uniquement les fils, contrairement à une idée répandue) jusqu’à ce que vous ayez un tas de ‘moelle’ de banane et de les faires sécher au four, de se le mettre dans un joint et de le fumez, produisait des effets assez proches de ceux de l’opium mais durait très peu de temps. Le gouvernement américain et la FDA se sont eux penchés sur la question, et des chercheurs ont fait ressortir de leurs travaux que la bananadine n’existe pas. Des joints de banane étaient portant distribués dans les concerts. Des entreprises ont même commencé à commercialiser de la poudre ou de l’huile de banane prête à être fumée, (le Mellow Yellow). D’autres consommateurs avaient découvert eux, qu’en mélangeant des peaux de cacahuètes grillées avec les fils de bananes, on obtenait des effets bien plus puissants, proches de la DMT, un hallucinogène extrêmement dangereux. Alors, mythe ou réalité, le mystère reste encore secret pour notre rédacteur du time’s, soyez en sur…

Absinthe: Bien que légale, l’absinthe dit la fée verte, a la même réputation sulfureuse que les produits illicites…
Bannie en 1915, celle-ci fut indirectement permise par une directive européenne de 1988, qui tolérait la présence de 35 mg de thuyone (molécule contenue dans 60% de la tige de la plante rendant fou et donnant des hallucinations) par litre dans les spiritueux. Aujourd’hui, on trouve des très bonnes absinthes à 89,9 vols d’alcool, des absinthes aromatisées au cannabis, mais aussi de différentes couleurs. Les amateurs de bonnes absinthes, la boive dans un verre spéciale, avec une cuillère également spéciale, qu’il place au-dessus du verre, ils versent minutieusement 3 cl d’absinthe sur le sucre, et là font flamber, pour la boire ensuite (cul-sec), le résultat est plus que étonnant. A consommer avec modérations…

Champignon: En France, les champignons hallucinogènes sont inscrits au tableau des stupéfiants, sa possession, l’usage, la production, le transport, l’achat, la vente et la cession à titre gratuit de stupéfiants sont interdit par le Code Pénal et le code de la Santé Publique…
Toutefois, dans de nombreux départements Français, on en retrouve des hallucinogènes poussant tout simplement dans des près, à coté voir sur les déjections de nos vaches, on les appelle les fers de lances. Il existe bien-sur d’autres champignons tout aussi puissant voir bien plus, comme, les Mexicains mais également des Hawaïens. Les champottes, contiennent de la psilocine ou de la psilocybine. Pour la cueillette ou la culture, mieux vaut être initié par un habitué face à toutes les espèces vénéneuses. La (montée) dure de 20 à 60 minutes selon les doses ingérées, et ne sont pas forcément agréables, puisqu’en il s’agit tout simplement d’une intoxication alimentaire. Les effets induits par ces champignons sont proches de ceux du LSD mais d’une plus courte durée. En cas de surdosage ou chez des personnes particulièrement sensibles, le « voyage » peut prendre une tournure difficile à vivre, parfois incontrôlable: une certaine anxiété, particulièrement lors de la montée, des pensées et/ou des visions effrayantes, une paranoïa pouvant entrainer une crise de panique, une incapacité à distinguer l’illusion de la réalité. De nombreux champignons se ressemblent, leur identification est délicate, il est donc très facile de les confondre avec des champignons non consommables ou (mortellement) toxiques. En cas de doute, mieux vaut s’abstenir…

Caféine: De nos jours, la matinée commence par, trois doubles Senseo pour enchainer sur 1 litre de Coca durant notre repas, pour ensuite se boire une petite Redbull sur les coups de 16H, et enfin un
Demi-litre de Coke pour rincer la soirée. Voilà pour une journée normale. Si j’ai du sommeil en retard ou du cannabis très fort et beaucoup de taf, c’est l’overdrive, je rajoute deux Red Bull et un demi-litre de Coca. En gros, je suis complètement accro à la caféine. Je suis migraineux et dépressif en cas de sevrage brutal. Super angoissé, transpirant, tendu, limite agressif, si je dépasse ma limite. J’ai souvent des troubles gastriques et un sommeil pourri. La caféine est une drogue légale avec d’importants effets secondaires, le sevrage du Coca est lui très difficile, assez proche de celui de la coke. Il doit y avoir un lien…
Il existe un phénomène de dépendance et d’accoutumance à la caféine vraiment problématique à partir de 400 mg par jour, soit 13 cannettes de Coca ou 6 expresso ou 5 canettes de Red Bull. Vous vous sentez aussi concernez..? Ne culpabilisez pas ainsi, en France nous sommes plus de 40% à consommer la caféine sous toutes ses formes…

Noix de muscade: Il y a plus de 40 ans, beaucoup de consommateurs, mais surtout de cobayes découvraient la noix de muscade, oui vous ne rêvez pas, celle-ci étant connue comme étant une drogue de pauvre en vogue dans les prisons américaines, la noix de muscade a très mauvaise réputation…
Mise à part les effets secondaires que sont des nausées et des angoisses, des vertiges et de la tachycardie, il faut savoir qu’au-delà d’une certaine dose (plus de 20 grammes selon les experts), vous risquez carrément d’y laisser votre peau. Le principe est simple, râper les noix avant d’en dénicher en poudre à l’épicerie du coin, puis absorbé une douzaine de grammes de cette mixture touillée dans un thé. Trente minutes plus tard, vous avez la parole facile, mais les mots perdent de leur consistance dès qu’ils s’échappent de votre bouche, les mots des autres aussi, les gestes indispensables deviennent dérisoires. Au bout de quelques heures, il vous faut boire. Si vous vous affalez sur un canapé et que vos yeux se ferment tous seuls, vous flotterez bientôt sur un petit nuage et serez envahi de visions extravagantes et très colorées comme lors d’un voyage sous LSD. Appréciée sous cette forme pour ses effets psychédéliques, la noix de
Muscade l’est plus encore pour ses effets aphrodisiaques…

Datura: La datura est une plante hallucinogène puissante et très toxique, assez commune en France, à l’état sauvage, elle est parfois utilisée en fleur d’ornement. Toutes les parties de la plante contiennent des alcaloïdes et sont donc potentiellement dangereuses. Le commerce comme plante ornementale est autorisé. Mais la vente de datura en tant que plante ayant des effets stupéfiants est passible de 75.000€ et 5 ans d’emprisonnement (art. L3421-4 du Code de la Santé publique). Celle-ci se consomme généralement par voie orale sous forme de décoction. Les graines peuvent aussi être ingérées seules, les feuilles elles peuvent être fumées. Des adeptes de mouvements chamaniques parlent du datura sur leurs blogs et donnent de nombreux détails sur son mode d’administration, ses effets, et ils justifient son usage par l’histoire de cette plante et par son rôle dans ‘l’art sorcier’ plus particulièrement en Bretagne. La sensibilité aux effets est très variable selon les individus, le potentiel des plantes varie aussi beaucoup, les graines sont en général plus concentrées, seul un dosage très progressif peut limiter les risques d’effets indésirables. Et encore, il faut vraiment se méfier de la potentialisation de l’effet de l’alcool (perte de contrôle) et des opiacés (risque de dépression respiratoire), ainsi que du mélange avec d’autres psychédéliques. Pétage de plombs garanti…

La loi interdit l’usage, la détention, le transport et le trafic de la plupart des drogues. Les informations que nous diffusons s’inscrivent dans la politique de Santé Publique appelée Réduction des Risques (Loi du 9 août 2004) et ne sont en aucun cas une incitation à la consommation de produits illicites. Les progrès de la science, de la médecine et de la recherche militaire ont profondément changé la culture de prise des drogues. Un grand nombre de produits de synthèse sont apparus sur le marché. Ces produits sont souvent détournés de leur fonction première vers de nouveaux usages. L’objectif n’était donc pas d’inciter mais bien de réduire les risques liés à l’usage récréatif des drogues en vous informant le plus possible.
Chaque individu, est maître de son destin, nous espérons donc que ces quelques conseils permettront aux consommateurs et à leur entourage de terminer la fête aussi bien qu’ils l’ont commencée…

2 commentaires