L’Espagne et les clubs sociaux de cannabis

L’Espagne et les clubs sociaux de cannabis

1552
3
PARTAGER

Tandis-qu’une récente nouvelles recherches vient de confirmer que le cannabis serait tout comme le tabac, sujet lui aussi à des effets néfastes sur l’organisme mais également sur la sexualité, l’Espagne , elle, ouvre des dizaines de clubs sociaux de cannabis…

En résumé, au même titre que la cigarette, le cannabis entraîne une baisse de la fonction sexuelle, ainsi qu’une baisse de la fertilité. La combinaison des deux, tabac et cannabis, accélère les effets.
D’après les chercheurs, le cannabis aurait également un rôle à jouer dans certaines malformations génitales. Il favoriserait aussi le développement de certaines maladies métaboliques comme le diabète ou l’obésité…

En tous cas, les espagnoles, eux ne se posent pas autant de question, un seul petit coup de sonnette suffit à ouvrir aux 373 membres les portes des 900m2 dédiés au cannabis. Chaque entrée coûte dix euros pour s’inscrire puis cent vingts euros par an. En échange, les clients peuvent acheter du cannabis de qualité entre six et sept euros le gramme
D’aprés un client de ce fameux concept, <Ce n’est pas seulement un endroit où tu peux fumer, tu peux aussi y rencontrer d’autres amateurs de cannabis et t’informer à l’occasion d’ateliers ou de dégustations…C’est comme le vin, ce n’est pas seulement de l’alcool, il y a toute une culture sociale derrière>.

Un professeur de collège en France et membre d’Encod, la « Coalition européenne pour des politiques justes et efficaces en matière de drogues », a monté cette année son club dans un petit village. <Les sept membres paient trente euros de cotisation annuelle et cinquante centimes par gramme d’herbe provenant de leur récolte >, explique-t-il…
L’Espagne va-t-elle devenir un rêve pour le fumeur paisible et les usagers thérapeutiques de cannabis ? Quoi qu’il en soit, une bonne partie des 323 membres de Pannagh sont en effet des consommateurs de cannabis dits « thérapeutiques ». Ils viennent ici soulager leurs douleurs, parfois sur les conseils discrets de médecins qui n’ont pas le droit de leur indiquer officiellement pareil traitement et moins encore de leur dire où s’approvisionner. Aujourd’hui, la Fédération des associations cannabiques (FAC) estime qu’il existe plus de cinquante clubs sociaux de cannabis en Espagne et qu’environ cent cinquante sont en cours de création. La plupart accueillent des membres malades en plus des consommateurs « ludiques ».

En attendant, à l’heure où les Pays-Bas se demandent s’ils vont interdire l’accès des coffee-shops aux touristes étrangers ou pas, le modèle espagnol des cannabis social clubs se repend déjà en Europe.
En 2004, une décision-cadre de l’UE reconnaissait que la culture du cannabis, « lorsque les auteurs s’y livrent exclusivement à des fins de consommation personnelle telle que définie par la législation nationale », n’entrait pas dans le cadre des infractions liées au trafic de drogue.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la France a pris un grand retard sur tous ses pays voisins, et qu’il sera difficile de le rattraper, voir pire. Aurons-nous nous aussi, droit un jour a des lieux réservés à la consommation de cannabis en France? Seul l’avenir nous le dira…

 

Monoxeed

3 commentaires