Substance légale ou véritable drogue

Substance légale ou véritable drogue

2894
2
PARTAGER

En France, la consommation de produits stupéfiants est interdite et punies par la loi. De nombreux usagers en ont déjà fait les frais en écopant d’une amende, et devoir même se rendre quelques jours, ou quelques années en prison. Cependant, les différentes lois française laisse elle aussi divers produits passer nos frontières servant à faire de véritable drogues en laboratoire et qui sont toutes autans planantes dangereuses ou mortelles…

Cet article, a pour but de ne pas cacher le plaisir que chacun retire d’une prise de drogues, tout en dénonçant les ravages quelles causes, c’est ce qu’on appelle de la prévention.
Nous n’incitons personne à la consommation et respectons comme le veut, le fameux article L. 3421-4 du code de la santé publique qui punit toute incitation à l’usage d’un produit stupéfiant.
Pour ce sujet donc, nous publieront et classeront tout ceci en 3 articles différents:

-Notre premier texte s’intitulera, ‘Chez votre marchand de journaux’. Nous parlerons de produits légaux comme le tabac, mais aussi de substances errant malheureusement dans nos hôpitaux ou même chez votre propre vétérinaire, que certain usagers arrivent tout de même à se procurer, et s’en servant comme véritable drogues…

‘Divers produits illégaux en France’, sera notre second article sur ce même sujet, nous évoquerons comme son nom l’indique quelques produits stupéfiants se baladant tout simplement dans les discothèques, les raves party, ou même dans la rue…

-Pour finir, nous publierons un dernier article que nous nommerons, ‘Ce que vous ne saviez peut-être pas’. Produits alimentaires, produits en vente libres dans les sex-shops, diverses choses donc se trouvant à la portée de tous…

De la simple banane à la kétamine, voici ci-dessous (parmies les 25 substances que nous citerons dans nos prochains articles), quelques drogues ou même aliments, déambulant dans notre pays:

-Absinthe: Bien que légale, l’absinthe dit la fée verte, a la même réputation sulfureuse que les produits illicites…
Bannie en 1915, celle-ci fut indirectement permise par une directive européenne de 1988, qui tolérait la présence de 35 mg de thuyone (molécule contenue dans 60% de la tige de la plante rendant fou et donnant des hallucinations) par litre dans les spiritueux. Aujourd’hui, on trouve des très bonnes absinthes à 89,9 vols d’alcool, des absinthes aromatisées au cannabis, mais aussi de différentes couleurs. A consommer avec modérations…

-Tabac: Et si le premier trafic d’une substance psycho-active était celui du tabac
Sous l’effet des flambées successives des prix du paquet, les trafiquants de cigarettes ont intensifié les filières clandestines. En 2008, les saisies douanières ont bondi de 242% au cours du premier semestre. Le marché est juteux, en particulier pour les labos pharmaceutiques qui engrangent des profits vertigineux et n’ont rien à envier aux lobbies du tabac. Et puis, le paquet de clopes à 10, 20, 50 €, ça change rien pour les plus fortunés. Par contre, le laborieux, le smicard, lui, il est fracassé au porte monnaie d’abord, au cœur, et ensuite aux poumons . Mince, mon paquet de malback est vide, je vous laisse, il faut que je trouve un bar tabac ouvert…

-Amphétamines (SPEED): Les amphétamines sont des psychostimulants prohibés par la loi appartenant à la famille des phényléthylamines, tout comme le MDMA, le 2CB, le DOB etc…
Normalement, le speed contient des amphétamines synthétiques comme (amphétamines, méthamphétamines ou dérivés amphétaminiques divers), il se présente sous forme de poudre, de pâte, de cristaux (ice ou cristal) ou de gélule. Le plus souvent il est blanc mais parfois on en trouve d’autre couleur (rose, jaune…). Par voie orale, les premiers effets apparaissent entre une demi-heure et 1 heure après absorption. En sniff, il faut compter quelques minutes, en injection ou fumé, les effets sont immédiats. Les psychostimulants tels que le speed, stimulent à la fois l’activité physique et comportementale, et la vigilance. Il est très souvent coupé avec des excipients inactifs ou des produits psychotropes (éphédrine, caféine). Cela explique en partie son faible prix. Le speed, c’est comme le vélo, ça s’oublie pas mais en grandissant on en voit plus trop l’intérêt…

Abstinence, usage, abus et dépendance sont les quatre mots clés de la consommation. Pour ne pas devenir dépendants ou excessifs, certain consommateurs devraient bénéficier d’une culture de l’usage raisonnable, de la fameuse modération qui pour certains doit aller jusqu’à l’abstinence. Hélas, nous ne sommes pas tous égaux devant les substances…

2 commentaires