Weed Side Story (part 2)

Weed Side Story (part 2)

1535
8
PARTAGER

weed-cowboyLes gangsters commencèrent à affluer à WeedCity, telles des araignées rouges sur un plant de cannabis mal entretenu. En 1925 éclatèrent les premiers combats entre gangs. Le shérif de la ville ferma les yeux, et il y trouva son intérêt. En effet, quelqu’un lui fit une offre qu’il ne pouvait pas refuser… Ainsi il décida qu’il serait plus sage de s’occuper de réparer la porte du placard qui grinçait, plutôt que de d’aggraver encore la situation par des interventions policières musclées.

C’est sur ce principe que s’est bâti WeedCity : “Si on ne peut pas empêcher le crime, faut faire avec“. Ce laisser-faire, généré par la corruption et l’argent sale, grandit tant et si bien qu’en 1935, WeedCity devint la ville qui comptait le plus grand nombre de croque-morts au mètre carré.

De grands personnages sont nés à WeedCity, y on vécu, vendu et mouru. Robert Plank par exemple, le barman du saloon La Planque, cet homme qui ne dormait jamais sans son Colt 45 et qui l’a confondu avec l’interrupteur de sa lampe de chevet. Ou encore Hubert Zinck, le doyen de la FAQ de botanique, inventeur de la weed à fumée bleue (Hubert s’est d’ailleurs fait lui-même fumer par un botaniste jaloux de sa trouvaille).

Aujourd’hui, la ville a grandi, le business aussi. Les mafieux et mafieuses s’affichent au grand jour, et font régulièrement la une des journaux (au sens premier du terme : les journaux leur appartiennent). Cependant, ces success-story continuent à susciter des vocations de gangster en herbe, et la concurrence se fait de plus en plus sévère. Les jeunes loups ont les dents longues.

Mais les plus belles pages de l’histoire de WeedCity sont celles qui sont encore à écrire… sur du papier pur chanvre évidemment.

<<Partie 1

8 commentaires

  1. PTDR merci pour le cours d’histoire
    bizare ca me semblait moins interessant quand j’etais à l’ecole… ca doit etre la facon d’expliquer qui change tout… lol